Comancheria : l’histoire des Etats-Unis boucle-t-elle ? (David Mackenzie, Comancheria, 2016)

Résumé

Au beau milieu du Texas vivent Toby et Tanner Howard, deux frères dont la mère vient de décéder. Le ranch de cette dernière est sur le point d’être saisi par une banque locale chez qui elle avait été mise en hypothèque, ce que les frères refusent catégoriquement. Ils se lancent alors dans une folle série de braquages afin de réunir en quelques jours la somme due. La particularité de ces holds up ? Ils visent tous les agences de la banque qui menace de leur retirer leur ranch. Lire la suite de « Comancheria : l’histoire des Etats-Unis boucle-t-elle ? (David Mackenzie, Comancheria, 2016) »

Impitoyable, quand le passé ne pardonne pas.

De quoi ça cause :

William Munny est un éleveur de porcs à la santé fragile. Veuf et père de deux enfants, il tente de vivre sa vie tant bien que mal quand un jeune homme vient le trouver pour un contrat. Une prostituée du coin a en effet été défigurée par deux clients violents et une prime a été mise sur leurs têtes par les filles du bordel. Munny accepte  de s’engager dans une dernière cavalcade sans se douter que son passé d’assassin est sur le point de le rattraper. Lire la suite de « Impitoyable, quand le passé ne pardonne pas. »

Get Out, un film d’horreur moyen mais nécessaire

De quoi ça parle

Chris et Rose forment un couple tout mignon. Cela fait quelques mois qu’ils sont ensemble et la jeune femme a décidé de présenter son amoureux à ses parents à l’occasion d’un week-end dans leur maison à la campagne. Seulement voilà, Chris appréhende un peu cette visite car il est noir il a peur que cela ne dérange la famille très blanche de sa chérie.

Lire la suite de « Get Out, un film d’horreur moyen mais nécessaire »

Blow Out : l’artiste condamné à rester dans l’ombre ? (Brian De Palma, Blow Out, 1981)

Résumé :

Jack est ingénieur du son pour une petite société de films d’horreur érotiques. Il a beau savoir qu’il ne travaille que sur des projets au mieux médiocre, son métier lui suffit et il prend son pied à jouer avec ses bandes magnétiques pleines de sonorités étranges et farfelues qui lui servent à faire l’habillage sonore des longs-métrages sur lesquels il bosse. Pourtant, il ne va pas tarder à enregistrer un son que personne n’aurait jamais dû entendre et bientôt, il va être convaincu d’avoir été le témoin exclusif d’un meurtre que tout le monde s’évertue à faire passer pour un accident. Lire la suite de « Blow Out : l’artiste condamné à rester dans l’ombre ? (Brian De Palma, Blow Out, 1981) »

Tunnel – Le Billet du Mercredi

Un film sur un monsieur coincé dans un tunnel routier et sur la course contre la montre qui s’engage pour le libérer, ça vend pas forcément du rêve. On s’attend à voir un téléfilm catastrophe du genre à passer l’après-midi sur TF1 ou M6, sans grand intérêt quoi. Et pourtant, une fois de plus, le cinéma sud-coréen nous rend humble et nous montre que non, il n’y a pas que les occidentaux qui savent faire des films, et qu’une fois débarrassés des mauvaises habitudes que l’on a pris à toujours macérer dans les mêmes influences culturelles, on peut raconter une histoire pourtant ultra banale avec une approche vraiment nouvelle. Lire la suite de « Tunnel – Le Billet du Mercredi »

Wake in Fright : la vraie horreur de notre existence ? (Ted Kotcheff, Wake in Fright, 1971)

Résumé

John est un enseignant australien que l’Etat a envoyé faire ses premières années de carrière dans une école perdue au milieu du désert. Pour les vacances de Noël, le jeune homme a décidé de rentrer quelques semaines à Sydney où il espère retrouver sa petite amie. Il va pourtant réaliser que personne n’échappe à l’enfer de l’Outback.

Lire la suite de « Wake in Fright : la vraie horreur de notre existence ? (Ted Kotcheff, Wake in Fright, 1971) »

Douze hommes en colère, le dialogue avant tout.

De quoi ça cause ?

Douze hommes se retirent dans une salle pour délibérer du procès dont ils forment le jury. Tout semble indiquer que l’accusé, un jeune homme originaire d’un quartier défavorisé, est coupable du meurtre de son père. Rapidement, onze jurés tombent d’accord sur le verdict et se préparent à le condamner à la chaise électrique. Mais le douzième émet de sérieux doutes et, estimant que la vie d’un homme vaut bien cinq minutes de conversation, commence à interroger ses compagnons sur les différents éléments de l’accusation. Lire la suite de « Douze hommes en colère, le dialogue avant tout. »

Sorcerer : peut-on faire un film subtile sur de gros camions ? (William Friedkin, Sorcerer, Le Convoi de la peur, 1977)

Résumé :

Quatre hommes de nationalités différentes, mais tous contraints de fuir la police de leurs pays, se retrouvent à vivre dans le même bidonville au cœur de l’Amérique Latine. Quand l’un des puits de pétrole de l’entreprise qui les engage prend feu, ils sont sélectionnés pour leur talent de chauffeur afin d’acheminer une cargaison de nitroglycérine destinée à éteindre l’incendie. Seul problème, ils ont plus de 200 kilomètres à faire dans la jungle, sur une piste chaotique. Ils savent qu’au moindre choc, ils partiront en fumée, mais c’est pour eux la seule façon de gagner suffisamment d’argent pour quitter le pays. Lire la suite de « Sorcerer : peut-on faire un film subtile sur de gros camions ? (William Friedkin, Sorcerer, Le Convoi de la peur, 1977) »

Mademoiselle, l’élégante libération de la femme (Park Chan-wook, Mademoiselle, 2016)

De quoi ça cause :

Dans les années 30, alors que la Corée est occupée par le Japon, un faussaire ambitieux met au point un plan pour infiltrer la maison d’un aristocrate japonais de la région et épouser sa nièce, héritière d’une fortune colossale. Pour l’aider dans son plan, il peut compter sur Sook-hee, une jeune voleuse qu’il a astucieusement fait placer au service de la jeune demoiselle. Lire la suite de « Mademoiselle, l’élégante libération de la femme (Park Chan-wook, Mademoiselle, 2016) »

Taxi Driver : Travis, l’incarnation du malaise du XXIe siècle? (Martin Scorsese, Taxi Driver, 1976)

Résumé :

Travis Bickle, un vétéran du Vietnam, souffre d’insomnie. Pour s’occuper, il décide de prendre un emploi de chauffeur de taxi et arpente les rues de New York, une ville qu’il déteste, toute la nuit durant. Au fil de ses soirées, sa haine pour la métropole empire et il se prend à rêver qu’il peut contribuer à la nettoyer et à lui rendre sa gloire d’antan. Lire la suite de « Taxi Driver : Travis, l’incarnation du malaise du XXIe siècle? (Martin Scorsese, Taxi Driver, 1976) »