Mulan, une bonne raison de se mettre au cinéma Hong-Kongais.

De quoi ça cause ?

Mulan est une jeune femme versée dans les arts martiaux qui vit avec son père dans un petit village de Chine, et décide de prendre sa place à l’armée quand celui-ci est appelé à combattre dans la guerre contre les tribus Rouran. Elle se fait passer pour un homme, et fait illusion à deux exceptions près, montant les grades de l’armée jusqu’à devenir un général respecté et aimé de ses troupes. Elle apprend cependant qu’épargner une guerre à laquelle son vieux père malade n’aurait pas survécu est bien plus traumatique qu’elle s’y attendait.

Ce qu’on en dit.

Affiche de The Great Wall (Zhang Yimou, 2016)
Parce que pour ceux qui ne savent pas, le cinéma Hong-Kongais / Chinois n’a pas attendu Matt Damon pour exister.

AH, vous aviez cru en voyant « Mulan » qu’on parlerait de la version de Disney, n’est-ce pas ? Après tout, il faut dire qu’en Occident, c’est souvent à peu près tout ce qu’on connaît de Mulan, avec bientôt un film en live-action toujours produit par Disney (prévu pour 2018). Certains savent qu’il s’agit d’une très ancienne légende chinoise que l’on trouve à l’origine dans un poème qui date d’avant le VIème siècle du nom de La Ballade de Mulan, et que celle-ci est à peu près aussi connue en Chine que Jeanne d’Arc ou Le Petit Chaperon Rouge (la deuxième fait plus partie de mes références, j’avoue) en France. Mais avez-vous déjà été jeter un oeil aux adaptations cinématographiques qui en sont faites en Chine ?

Jaycee Chan et Chen Kun dans Mulan (Jingle Ma, 2009)
Les deux seules personnes à savoir que Mulan est une femme sont son ami d’enfance Xiaohu, à gauche (joué par Jaycee Chan, le fils de Jackie, eh oui!) et Wentai, à droite (joué par Chen Kun)

Aujourd’hui donc on va parler de Mulan, réalisé par Jingle Ma et sorti en 2009. Celui-ci ne dépayse pas vraiment quand on connaît la version de Disney, puisque la trame est la même, et pourtant son propos diffère. Il passe tout d’abord très vite sur l’arrivée du Mulan dans l’armée, là où on aurait pu penser que c’était un point central ; elle s’intègre vite, se fait passer pour un homme sans problème, et elle est déjà capable de mettre une raclée à mains nues au neveu du commandant, puisque son père l’a entraînée aux arts martiaux. Le film se concentre surtout sur Mulan une fois devenue général des armées, les difficultés que ça implique, et sa relation avec ses troupes et en particulier avec Wentai. Ce n’est même pas tant pour parler des difficultés qu’elle rencontre en tant que femme dans l’armée que pour réfléchir sur ce que veut dire être un général tout court, de se lier à ses hommes et de les perdre pendant les batailles.

Zhao Wei dans Mulan (Jingle Ma, 2009)
Le film insiste cependant beaucoup plus sur les exploits de Mulan en tant que général que sur le fait que c’est en jouant le rôle d’une femme auprès du Danyu qu’elle a mis fin à la guerre.

Les ennemis de la Chine ici sont les tribus Rouran, des nomades qui pillent les villages de la province de Wei. Leur prince, puis Danyu (qui est le titre du dirigeant des Rourans) espère cependant pouvoir envahir la province et s’y installer, épargnant à son peuple de continuer à piller pour survivre ; mais il veut également éradiquer les peuples qui y vivent pour arriver à cette fin, et décide également d’épouser sa demi-sœur pour garder une lignée pure. Celle-ci rêve de son côté de devenir une princesse de Chine, en épousant l’un des princes, afin d’apporter la paix à leurs deux peuples. C’est seulement là dans le film que le genre de Mulan devient important, puisqu’elle revêt des habits féminins afin de s’infiltrer dans le camp Rouran et aider la princesse à réaliser ce projet. Le film montre ainsi que c’est bien parce qu’elle est une femme qu’elle a pu parvenir à faire cesser la guerre, quand bien même son mérite en tant que général est indéniable.

Mulan (1998)
Pas de Mulan déchirée sur sa personnalité comme chez Disney cependant. Chez Jingle Ma, elle assume totalement d’aimer se battre et d’être stratège tout en étant une fille parfaite pour son père. Cependant le film ne se passe que dans des décors désertiques, et cela pourrait représenter la stérilité de l’héroïne, qui est vouée à n’être qu’ « une fille aimante, [et] un joli général » (d’après les termes de son père)

C’est pour ça que je dis que ce film est pas mal si vous voulez une introduction en douceur au cinéma Hong-Kongais et Chinois : vous connaissez l’histoire. Plusieurs détails que l’on trouve dans la version Disney se trouvent également dans le film, entre l’un des soldats qui imagine son épouse, Mulan qui se baigne et a peur d’être démasquée, ou encore la ruse finale qui consiste à s’habiller en femme pour défaire l’ennemi et le retour chez elle sans demander plus de gloire. Si vous avez peur de sauter le pas parce que vous ne voulez pas vous retrouver en terre inconnue, mais que vous avez assez de goût pour éviter les films « asiatiques » destinés à un public spécifiquement occidental (voir la première image de cet article) c’est le moment.

Mise en garde cependant : ce ne sont certainement pas les plus beaux combats que vous verrez, que ce soit en bataille rangée ou en arts martiaux (pour ce dernier point, préférez Ip Man de Wilson Yip, avec Donnie Yen). Ce n’est pas non plus la plus belle mise en scène du cinéma Hong-Kongais, et si c’est ce que vous recherchez, préférez n’importe quel film de Zhang Yimou SAUF La Grande Muraille. Mulan reste cependant très agréable, a tout de même de bonnes idées de mise en scène, et l’histoire vaut le coup. Le montage pourra vous étonner de temps en temps (le monteur semble être très fan du fondu au blanc, et on a le droit à quelques flash-backs un peu déroutants), mais rien qui nuise à la compréhension. Et puis mince, c’est Mulan, n’essayez pas de me faire croire que vous ne trouvez pas le personnage un minimum badass!

Le film arrive quand même à être magnifique par moments, n’allez pas croire que Zhang Yimou a le monopole de la belle mise en scène.

Manon.


Crédit images

Zhang Yimou, La Grande Muraille, Universal Pictures, 2016.

Jingle Ma, Mulan, Starlight International Media Group, 2009.

Tony Bankcroft & Barry Cook, Mulan, Walt Disney Pictures, 1998.

Atlantide : l’empire perdu ? (Gary Trousdale & Kirk Wise, Atlantide : l’empire perdu, 2001)

Résumé

Le jeune et enthousiaste Milo Thatch, cartographe et linguiste (ce qui fait de lui l’un des meilleurs héros de l’histoire de la fiction), rêve de découvrir la mythique Atlantide mais ne trouve personne pour financer ses recherches. Heureusement, un vieil ami de son grand-père decide de sortir de nulle part, au hasard, en lui disant qu’il sait tout de sa vie depuis toujours, et lui paye une équipe et un sous-marin gigantesque pour partir à la recherche d’une cité perdue dont personne n’est réellement certain qu’elle existe. Lire la suite de « Atlantide : l’empire perdu ? (Gary Trousdale & Kirk Wise, Atlantide : l’empire perdu, 2001) »

Barbarella, l’aventurière de l’amour

De quoi ça cause :

Dans un futur lointain où les hippies ont pris le pouvoir, un scientifique est porté disparu aux confins de la galaxie. Le Président de la Terre envoie sa meilleure exploratrice pour le retrouver. Celle-ci va bientôt réaliser qu’il existe encore des planètes peuplées d’individus malveillants qui fomentent des complots de méchants. Lire la suite de « Barbarella, l’aventurière de l’amour »

Sorcerer : peut-on faire un film subtile sur de gros camions ? (William Friedkin, Sorcerer, Le Convoi de la peur, 1977)

Résumé :

Quatre hommes de nationalités différentes, mais tous contraints de fuir la police de leurs pays, se retrouvent à vivre dans le même bidonville au cœur de l’Amérique Latine. Quand l’un des puits de pétrole de l’entreprise qui les engage prend feu, ils sont sélectionnés pour leur talent de chauffeur afin d’acheminer une cargaison de nitroglycérine destinée à éteindre l’incendie. Seul problème, ils ont plus de 200 kilomètres à faire dans la jungle, sur une piste chaotique. Ils savent qu’au moindre choc, ils partiront en fumée, mais c’est pour eux la seule façon de gagner suffisamment d’argent pour quitter le pays. Lire la suite de « Sorcerer : peut-on faire un film subtile sur de gros camions ? (William Friedkin, Sorcerer, Le Convoi de la peur, 1977) »

Vaiana, la légende du bout du monde – Le Billet du Mercredi

Elsa (La Reine des Neiges) qui jette sa couronne.
« Les enfants, laissez-moi tranquille maintenant, regardez, je jette ma couronne ! »

Le nouveau long-métrage des studios d’animation Disney vient de sortir, et comme sur la Question du Vendredi Soir on espérait très fort que cela sonnerait la fin du règne de La Reine des Neiges, on est allé le voir dès qu’on a pu. Et… On va vous le résumer, pour commencer.  Lire la suite de « Vaiana, la légende du bout du monde – Le Billet du Mercredi »

Indiana Jones 4 : faut-il qu’Indy se détache de Steven et Harrison ? (Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, Steven Spielberg, 2008)

Résumé

C’est Indiana Jones qui à 70 ans passés continue de crapahuter un peu n’importe où plutôt que de faire cours, passant de la recherche de reliques religieuses aux preuves de l’existence d’aliens à faire bander tous les petits théoriciens du complot dans le monde. Il fait ce que fait Indiana Jones habituellement, mais avec tout plein de clins d’œil de fan service dignes d’un Han Solo sur le point de crever.  Lire la suite de « Indiana Jones 4 : faut-il qu’Indy se détache de Steven et Harrison ? (Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, Steven Spielberg, 2008) »

Alice de l’autre côté du miroir – Le Billet du Mercredi

Ça y est, il est sorti, le deuxième film qui «  » »adapte » » » (oui il faut beaucoup de guillemets) l’univers de Lewis Carroll. Après s’être attaqué à Alice au pays des merveilles en 2010 avec Tim Burton à la réalisation, voilà que Disney veut raconter Alice Through the Looking Glass. Le film a en commun avec le roman d’être une suite. FIN. Lire la suite de « Alice de l’autre côté du miroir – Le Billet du Mercredi »