Vaiana, la légende du bout du monde – Le Billet du Mercredi

Elsa (La Reine des Neiges) qui jette sa couronne.
« Les enfants, laissez-moi tranquille maintenant, regardez, je jette ma couronne ! »

Le nouveau long-métrage des studios d’animation Disney vient de sortir, et comme sur la Question du Vendredi Soir on espérait très fort que cela sonnerait la fin du règne de La Reine des Neiges, on est allé le voir dès qu’on a pu. Et… On va vous le résumer, pour commencer. 

C’est l’histoire de la fille un peu trop aventureuse d’un chef de village qui voudrait la voir devenir plus raisonnable afin de contribuer au bien-être de la tribu, et cette jeune fille a une grand-mère très proche de la nature qui lui dit d’écouter son cœur, ce que notre héroïne va faire.

Grand-Mère Feuillage dans Pocahontas
« Mais il est pas sorti il y a 21 ans ce film ? »

Et non, je ne vous ai pas résumé Pocahontas. Voilà le premier reproche que j’aurai à faire à cette toute jeune Vaiana (Moana en VO) : elle est symptomatique des productions des studios Disney des années 2010.

Comprenez-moi bien : oui, le film est bon, l’histoire est sympathique, il a ses défauts un peu comme chaque Disney, mais franchement, il n’y a pas à hésiter à y amener ses enfants, parce que ce sera toujours un meilleur exemple que cette chère Elsa-je-me-rebelle-quand-je-suis-toute-seule. Sauf que ce n’est pas original du tout.

Maui et Moana
Je pense que ce sont beaucoup ses tatouages qui me font penser à Hercule. Ça et le fait qu’il ait un physique un peu plus original que les autres.

Outre le fait de ressembler à un remake polynésien de Pocahontas, Moana fait beaucoup (trop) penser à certaines de ses camarades princesses : à notre amie indienne, évidemment, mais également à Mulan (elle part à l’aventure pour sauver sa famille) ainsi qu’à Ariel (La Petite Sirène étant des mêmes réalisateurs ; elle est contente de là où elle vit mais rêve d’aller ailleurs et son père l’en empêche car il estime que c’est dangereux). En plus de cela, son camarade Maui n’était pas sans me rappeler le film Hercule (toujours les mêmes réalisateurs) en entier, que ce soit dans son attitude, le chara-design (qui est le seul à être un peu original dans le film, on en reparle après), ou sa chanson qui est faite façon Las Vegas en Polynésie, qui n’est pas sans rappeler ce dont on discutait dans l’article sur Hercule justement.

Ajoutons à cela que juste avant le film, j’ai vu la bande-annonce du remake en live-action de La Belle et la Bête ainsi qu’un teaser pour Rogue One. Ajoutez également le court-métrage (tradition empruntée à Pixar) précédant le film qui est un repompage immonde de Vice-Versa, et vraiment mal animé avec ça car n’est pas Pixar qui veut. Ajoutez enfin le fait que Moana ne soit physiquement qu’une cousine bronzée d’Elsa et de Raiponce, parce que le style graphique de Disney semble s’être arrêté là depuis quelques années… Et vous avez juste l’impression qu’on vous sert du réchauffé chez Disney, en ce moment, et que Vaiana n’est qu’un produit de plus de cette usine reconvertie en surgelés.

Alors que si vous voulez un bon Mulan en live-action, jetez vous sur celui réalisé par Jingle Ma en 2009.
Alors que si vous voulez un bon Mulan en live-action, jetez vous sur celui réalisé par Jingle Ma en 2009.

Disney est responsable de Marvel, qui depuis huit ans nous sort des films de super-héros hyper codifiés, jamais très originaux, avec toujours la même histoire. Disney a racheté Star Wars, et même si on a de l’espoir pour Rogue One (qui va surtout jouer sur la nostalgie en nous resservant du Vador), on a vu que Star Wars VII n’était qu’un plagiat à peine dissimulé de l’épisode IV. Disney fait des remakes de ses vieux succès, en prétextant les remettre au goût du jour avec du live-action, et cela peut certes donner du très bon (Le Livre de la Jungle, sorti en 2016), mais on a surtout du mauvais (Maléfique, Alice au pays des merveilles, Alice de l’autre côté du miroir, et très probablement leur Mulan pour 2018 qui a comme héros un homme blanc).

Quant au dessin, je ne sais pas si vous aviez remarqué, mais il y avait toujours un style différent choisi pour chaque film. Les décors ne sont jamais dessinés pareil, les personnages non plus, afin de coller à une ambiance. Pour Vaiana, nous avons, comme dit plus haut, le même style que pour La Reine des Neiges ou Raiponce. Alors certes, cela donne l’impression que tout se passe dans le même monde, mais où est la magie ? Où est le voyage ? Il n’y avait pas plus beau à faire ? Vous maîtrisez l’image de synthèse si mal que ça pour vous en tenir aux mêmes designs dans tous vos films ? Il n’y avait pas moyen de rappeler l’art polynésien plutôt que de servir quelque chose d’aussi lisse ?

Différents décors des films Cendrillon, La Belle au Bois Dormant, Pocahontas, Hercules, Tarzan et l'Atlantide. Tous avec un style assez différent.
Ici un petit échantillon de ce dont les studios Disney étaient capables à l’époque où ils dessinaient encore à la main et faisaient un peu plus de recherche pour leur style graphique. De gauche à droite et de haut en bas : Cendrillon (1950), La Belle au Bois Dormant (1959), Pocahontas (1995), Hercule (1997), Tarzan (1999) et Atlantide (2001)

Et je ne parle même pas des textures qui sont, il faut le dire, globalement insatisfaisantes de la part d’un si gros studio qui se trouve posséder Pixar. On voit dans le film certaines îles au loin, et on sait parfaitement que si la caméra devait s’approcher de l’île telle quelle, on serait sur une surface polygonée dégueulasse, sans arbres, avec une texture d’herbe pixelisée indigne de Minecraft. Faites un effort, vous êtes DISNEY. Oui, votre méchant géant de lave est beau DES FOIS. Il y a des moments où il en jette. Mais il y a surtout des moments où il est flou et moche. Tout comme la déesse de la nature.

Bébé Vaiana avec des coquillages dans les bras
Mais oui, je t’aime bien quand même.

Bon, à part ça, le film est mignon, bébé Moana est mignonne, son petit cochon est mignon, son petit poulet débile est mignon et rigolo, Maui est un cas typique du personnage qui dit qu’il abandonne l’héroïne pour mieux revenir quand on a besoin de lui mais il est mignon, le tatouage de Maui est un comic relief muet mignon… Vous voyez l’idée. Allez le voir si vous avez des enfants ou envie de passer du temps au cinéma.

Mais le second âge d’or de Disney, si on avait encore besoin de preuves (mais nous n’en avions pas besoin), est bel et bien révolu.

Manon.


Crédit images

Chris Buck & Jennifer Lee, La Reine des Neiges, Walt Disney Animation Studios, 2013.

Mike Gabriel & Eric Goldberg, Pocahontas, Walt Disney Pictures, 1995.

Jingle Ma, Mulan, Starlight International Media Group, Hunan TV & Broadcast Intermediary, PKU Starlight Group, Shanghai Film Group, Beijing Gallop Horse Film & TV Production, Polybona Films, Starlight International Media, 2009.

Clyde Geronimi, Wilfred Jackson & Hamilton Luske, Cendrillon, Walt Disney Pictures, 1950.

Clyde Geronimi, La Belle au Bois Dormant, Walt Disney Pictures, 1959.

John Musker & Ron Clements, Hercule, Walt Disney Pictures, 1997.

Kevin Lima & Chris Buck, Tarzan, Walt Disney Pictures, 1999.

Gary Trousdale & Kirk Wise, Atlantide, l’empire perdu, Walt Disney Pictures, 2001.

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s