Iron Man 3, ou pourquoi le Mandarin est le meilleur méchant du MCU.

De quoi ça cause ?

Après les événements du film Avengers, on retrouve un Tony Stark un peu secoué parce qu’il a quand même failli y rester avec ces conneries d’extra-terrestres. Avant de pouvoir se poser et réfléchir à tout ça calmement, une nouvelle menace se dresse, celle-ci bien terrienne : l’organisation terroriste menée par le Mandarin fait des siennes, et Iron Man leur donne son adresse personnelle pour qu’ils fassent de la bagarre.

Ce qu’on en dit.

Et malheureusement pour moi, je ne connaissais pas le totalement fabuleux Batman the Movie.
Et malheureusement pour moi, je ne connaissais pas le totalement fabuleux Batman the Movie.

Iron Man 3, c’est le premier film du MCU que j’aie vu, contrairement à Guillaume qui connaissait les précédents, et c’est grâce à celui-ci que je m’y suis intéressée – parce qu’autrement je n’en avais rien à secouer, des films de super-héros. Ouais, même des Batman (Burton, Schumacher, Nolan confondus), mais c’est une autre histoire. Vous vous doutez bien que si ça m’a intéressée à l’univers Marvel, c’est que j’ai trouvé le film bien sympa.

Sauf que ce n’est pas le cas de tout le monde, et ça m’a toujours un peu étonnée du coup. SURTOUT après avoir visionné Avengers ensuite. Parce qu’en fait personne ne peut râler sur le non-réalisme d’Iron Man 3 alors que le film précédent parlait quand même d’une invasion extra-terrestre organisée par un extra-terrestre/dieu scandinave tout faiblichon. Donc avec Guillaume on a enquêté quelques temps et réfléchi sur ce qui pouvait ne pas plaire dans le film.

Ca et le fait que ni les Avengers ni le SHIELD ne soient appelés alors que le président est capturé. Au moins dans Ant-Man, leur absence est justifiée #ViveLHommeFourmi
Ca et le fait que ni les Avengers ni le SHIELD ne soient appelés alors que le président est capturé.
Au moins dans Ant-Man, leur absence est justifiée #ViveLHommeFourmi

Notre réponse : les boules de feu. C’est con, dans un jeu vidéo les boules de feu c’est cool, on aime ça, mais c’est vrai que dans un film, au milieu de l’univers semi-réaliste qu’est le MCU, c’est très le meh. Ça fait plus magique que technologique (contrairement à ce que veut faire croire le film), donc on peine à accrocher à cette histoire – ceci dit, avec l’arrivée de Doctor Strange dans l’univers cinématographique Marvel, on va devoir admettre que la magie existe, même si je suis sûre qu’il va pas tirer de boules de feu. Du moins je l’espère. Aussi, de mon côté, j’ai toujours trouvé un peu décevant cette façon qu’a le film de nous montrer une Pepper Pot plus combative que jamais, avant d’oublier ça dans les films qui suivent. J’aurais accepté les bouboules si elle était devenue une super-héroïne cracheuse de feu avec les pouvoirs régénérants de Wolverine.

Mais le pire, c’est qu’en fait, ce n’est pas ça que les gens reprochent vraiment à Iron Man 3. Non, ce qui ne leur va pas, c’est le Mandarin.

Le Mandarin, de ce que Guillaume m’a expliqué, c’est LE grand méchant dans les comics Iron Man. Le mec est propriétaire de dix anneaux extra-terrestres et est à la tête d’une organisation terroriste plutôt dangereuse. Bref, c’est pas un rigolo.

Rester dans l'ombre, technique n°1 pour avoir l'air impressionnant.
Rester dans l’ombre, technique n°1 pour avoir l’air impressionnant.

Sauf que dans le film, le Mandarin interprété par Ben Kingsley, qui est au départ très impressionnant dans les extraits de vidéos montrés au journal télévisé, n’est en fait que Trevor Slattery, un acteur payé par le personnage de Guy Pearce pour masquer le fait qu’en vrai, c’est lui le grand méchant derrière le Mandarin. Du coup, le film a choisi de s’éloigner du matériau de base pour faire une histoire bien à lui, et, comme souvent, les fanboys ont débarqué, hurlé, pleuré, et boudé le film.

Sans se poser la question de si c’était intelligent ou pas, et donc ils sont passés à côté.

Quelque chose que je n’aime pas dans le MCU, c’est cette manie à toujours avoir cette idée de « les méchants sont des nazis très vilains » – je comprends là-dedans tous les méchants unilatéraux, qui ne sont que des antagonistes de base. Une exception à cette règle du MCU est Captain America: Civil War, qui est de fait hyper satisfaisant. Une autre exception, c’est Iron Man 3.

Je me demande s'ils faisaient des défilés aussi.
Je me demande s’ils faisaient des défilés aussi.

Dans notre sympathique monde post-11 septembre, je trouve étonnant que peu de films parlent de terrorisme, quelque part – comme si tout le monde s’était rabattu sur les nazis parce qu’au moins, eux, leurs costumes venaient d’Hugo Boss, et en plus ils sont morts donc on a plus peur d’eux. Fort heureusement, l’un des rares films qui en parle, c’est ce troisième opus des aventures de Tony Stark, et il en parle très bien.

Oussama Ben Laden, l'inspiration principale du personnage du Mandarin
« Oui parce que dans « terrorisme », il y a surtout « terreur », et c’est vachement plus simple de foutre les miquettes aux gens avec une vidéo de menace et des images de propagande que d’organiser des attentats, ce qui coûte cher ! »

Il en parle très bien parce qu’il expose au grand jour ce qu’est le terrorisme : de la communication. De la façade. De la comédie. Bien sûr, ils font des attentats, ils tuent des gens, mais le modèle du Mandarin pour Iron Man 3 est très évidemment Al Qaeda et en particuler Ousama Ben Laden, et ce qu’on a le plus vu après le 11 septembre 2001, ce sont des vidéos de menace. L’intelligence d’Iron Man 3, c’est de ridiculiser cet homme sombre face à la caméra, d’en faire un acteur ridicule et sans charisme en coulisse. De le ramener à sa condition d’homme, aussi faible que n’importe quel autre : en quelques sortes, le film déconstruit le mythe autour du terroriste. Enfin, le cinéma américain semble parvenir à surmonter son traumatisme !

Et il y a là un parallèle avec tout le thème du film : Iron Man est un héros pour le pays, mais Tony Stark n’est qu’un homme, avec ses faiblesses, et qui joue le rôle du milliardaire et héros sans peur alors qu’il ne dort plus la nuit précisément à cause de cette position. Et je trouve ce choix bien plus intéressant qu’un énième film de super-héros manichéen, où le héros n’a jamais vraiment peur, et où le méchant n’est qu’un monstre charismatique. En plus d’avoir les couilles de parler de terrorisme de façon frontale, plutôt que de faire un détour par chez le petit nazi moustachu.

Tony Stark déprimant à côté de son armure sur un canapé
Tony Stark, dans sa depression post-tromatique, mais aussi dans sa faculté à prouver qu’il n’a pas besoin de toute sa richesse et sa technologie pour être un meilleur être humain que les terroristes, est une parfaite incarnation des Etats-Unis du XXIe siècle. En ça, il est plus juste que Captain America. Dommage que les films suivant l’aient réduit à nouveau à son développement unidimensionnel de génie irresponsable…

En somme, plutôt que de se laisser avoir par les fanboys (qui, je le rappelle, sont des gens capables d’aimer Star Wars VII parce que c’est un plagiat pur et simple d’Un Nouvel Espoir), regardez Iron Man 3, appréciez-le comme il se doit : c’est un film un peu con mais qui a quelques bonnes idées.

Manon.


 Images :

Shane Black, Iron Man 3,  Walt Disney Studios Motion Pictures, 2013.

Leslie H. Martinson, Batman, 20th Century Fox, 1966.

Image d’Hugo Boss et les nazis obtenue sur imgur http://imgur.com/Ia9XoHF 

2 commentaires sur « Iron Man 3, ou pourquoi le Mandarin est le meilleur méchant du MCU. »

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s