Molière : la comédie, un genre ultra sérieux ? (Laurent Tirard, Molière, 2007)

Résumé :

JB, ce qu’il veut faire dans la vie, c’est du théâtre. Pas n’importe quel théâtre, hein ! Attention ! Hors de question de jouer du Laurent Ruquier ou de faire le même genre de bouffonneries que Stéphane Plaza. Ce qui botte JB, c’est la tragédie, parce que c’est ultra sérieux. Le souci, c’est que ce bon JB est nul comme tout quand il s’agit de jouer la tragédie. Qu’à cela ne tienne ! Quand la famille royale lui commande une comédie, il va s’inspirer de ses dernières vacances chez la bourgeoisie pour écrire tout un tas de pièces trop cools, trop lolz, mais surtout trop sérieuses à la fois !

Une fois n’est pas coutume, on va s’intéresser à un peu de comédie française sur ce blog. On avait déjà dit en parlant de Pop Redemption que le genre comique français, c’était pas tellement notre tasse de thé, mais qu’il existait quand même quelques films appartenant à cette famille qui nous plaisaient.

Comme en ce moment, c’est le printemps, qu’il fait beau et que nous sommes de bonne humeur (j’espère qu’il fera beau quand cet article va sortir, j’ai pas du tout regardé la météo, mais je sais qu’il fait beau quand je l’écris), comme nous sommes de bonne humeur donc, j’avais envie de vous partager un petit film, pas parfait du tout, mais qui a le don de me faire sourire quand je le vois.

Molière, avec dans le rôle tire Romain Duris, est notre film de ce soir, et il n’y a à mon sens pas beaucoup de long-métrages mieux placés pour aborder une rapide réflexion sur la place de l’auteur et sur la comédie en général.

Pour ma part, j’ai sorti ma perruque frisée pour me mettre dans le ton, mais si vous n’avez rien d’approchant chez vous, inutile d’aller en acheter une spécialement, on va passer tout de suite à l’article.

L’histoire fantasmée d’un homme inspiré

Avant que les fans hystériques de JB Poquelin, (dit Molière ou encore Momo dans son patelin) ne me tombent dessus pour me dire que ce film est trop nul parce que ça s’est pas vraiment passé comme ça, je tiens à dire que Molière ne se présente pas comme une histoire vraie, mais comme une comédie inspirée d’une histoire vraie. La représentation de l’auteur et de sa vie est totalement fantasmée par les scénaristes du film et ce qu’on voit à l’écran ne prétend jamais être la vérité.

Romain Duris dans le rôle de Molière, debout sur scène et regardant la caméra avec détermination.
« Bonjour, c’est Momo ! »

En fait, comme pour Gainsbourg, vie héroïque ou Mr. Holmes, Molière est un film hommage qui parle de l’univers d’un personnage célèbre plus que du personnage en lui-même.

Une pluie de téléphones portables Nokia 3310 remplaçant la météorite dans l'extinction des dinosaures
Selon la légende, le Nokia 3310 serait arrivé sur Terre il y a plus de 60 millions d’années. Depuis, il ne cesse d’inspirer les internautes en manque de blagues.

Il se trouve que JB, n’ayant pas eu de smartphone avant l’âge d’au moins 35 ans, il n’avait pas de géolocalisation sur sonNokia 3310 (ouais, Molière est au moins aussi vieux que ça). Il y a donc toute une époque où il ne postait pas sur Instagram et Laurent Tirard, le réalisateur du film, s’est dit que ce serait cool d’imaginer ce que pouvait bien faire ce bon vieux JB pour occuper ses journées.

Nécessairement, puisqu’il ne donnait plus signe de vie, c’est qu’il était à la campagne (parce que le réseau n’était pas encore très bien implanté là-bas). C’est donc dans un décor champêtre que se déroule le film.

Là, il rencontre l’acteur de théâtre préféré des français qui ne vont pas au théâtre : Fabrice Luchini. Ce dernier est un bourgeois nommé monsieur Jourdain, ayant réussi à se faire une petite fortune mais qui souffre de son rang. Il est en effet amoureux de la jolie Célimène, une noble à la tête bien faite (et pas que la tête selon M. Jourdain) et désire conquérir son coeur par l’intermédiaire de son ami, conseiller et débiteur Dorante, un autre noble roublard.

Fabrice Luchini, acteur jouant monsieur Jourdain dans Molière (2007)
« Bonjour inestimable lecteur de LaQVS.com ! Tu me connais, je suis Fabrice Luchini, acteur de théâtre familier des plateaux TV où j’ai l’habitude de jouer le rôle du fameux Fabrice Luchini lui-même ! »

“C’est dans quelle pièce ça ? Je crois l’avoir lu en 4e mais je trouve plus le titre.”

Vous qui avez de vagues souvenir d’avoir étudié Molière à un moment.

Dans toutes les pièces cher lecteur. Le principe de ce film est qu’il prétend offrir une explication sur le talent et l’inspiration de Molière. Toutes les scènes de vie auxquelles assiste le personnage principal le marquent et lui reviendront à l’esprit plus tard lorsqu’il écrira son oeuvre. C’est la famille de M. Jourdain avec leurs relations chelous, leur comportement étrange et leurs lubies qui vont inspirer l’auteur.

Monsieur et Madame Jourdain, surpris de ne pas voir que Molière est dans leur dos.
Caché derrière les membres de la famille Jourdain, un JB sauvage guette.

Cette façon de présenter les choses fait de l’auteur un personnage important de la société. Alors qu’on peut se surprendre à penser qu’un auteur de fiction ne sert à rien d’autre qu’au divertissement, le film, en nous montrant que les comédies de Molière sont inspirées de faits réels fait de l’auteur un observateur attentif du monde.

Dans le film, JB est toujours un peu en retrait. Il y a assez peu de scènes où il est l’acteur principal et la plupart du temps, il se contente d’observer les autres personnages intéragir entre eux. L’auteur, pour réussir son oeuvre, doit prendre de la distance. Par extension, on peut appliquer cette vision des choses aux artistes en général.

Un film inspiré

Aussi vrai qu’un théorème a sa réciproque et qu’il existe deux faces à une même pièce, cette première partie dans laquelle je vous expliquais que le film était la véritable histoire vraie mais oubliée de comment Molière est devenu l’auteur que l’on connait implique une deuxième pour vous parler de comment, en fait, ce film ne traite pas de la source d’inspiration de Molière mais est inspiré par Molière.

“Quoi ? JB n’a pas vraiment rencontré Fabrice Luchini ?”

Vous, mignons car crédules.

Affiche du film Jean-Philippe dans lequel Fabrice Luchini se retrouve dans un monde sans Johnny Hallyday. Il va tout faire pour aider Jean-Philippe à devenir le célèbre rockeur.
Par contre, il existe un film sur comment Fabrice Luchini a inspiré Johnny Hallyday.

Il n’existe à ma connaissance aucune preuve prouvant que Fabrice Luchini n’a pas voyagé dans le temps pour inspirer Molière, mais comme il n’en existe pas non plus pour dire qu’il l’a fait, on va oublier votre question et revenir au film.

Non, en fait ce film est un immense hommage au travail du célèbre auteur. Le parti pris de remettre en scène certains des dialogues et certaines des situations les plus célèbres de son oeuvre et de faire un film autour de ça nous rappelle à quel point l’écriture et l’humour de Molière sont encore d’actualité.

Romain Duris jouant un Molière ennuyé.
A moins que ça ne nous montre à quel point on a tellement bouffé du Molière à l’école qu’on a l’impression que c’est d’actualité, mais qu’en vrai c’est peut-être notre système éducatif qui a du mal à se renouveler. Ci-dessus, Manon quand on lui parle (encore et toujours) de Molière.

Comme c’est souvent le cas avec les biopics, l’oeuvre du personnage dont on parle est donc réutilisée. C’est une façon de la faire découvrir (ou redécouvrir) au public qui peut ne pas être famillier avec le travail de l’artiste. A la limite, c’est surtout ça qui, dans le cas de Molière, nous montre que les pièces du dramaturge valent encore le coup d’être lues et adaptées. En effet, à l’inverse de la plupart des films biographiques, il n’est pas ici question d’incorporer à l’intrigue quelques éléments issus de l’oeuvre de Molière, mais bien de constuire intégralement l’intrigue sur son oeuvre. Et ça marche totalement !

Les passages de comédie sont, pour la plupart, issus à la virgule près de pièces comme L’Avare, Le Bourgeois gentilhomme ou encore L’école des femmes et Laurent Tirard les entremêle dans une histoire originale où viennent même s’ajouter des passages plus tragiques issus de Tartuffe notamment.

Alice dans le film de Tim Burton partant en Chine pour gagner de l'argent.
« La rage du crapaud n’atteint pas la riche colombe capitaliste. Tout mon commerce avec les chinois m’a même valu une suite ! »

Le film ne saurait cependant se résumer à une compilation des meilleurs moments de Molière et certaines scènes sont totalement exclusives et modernisent un peu le propos en apportant des situations ou des plaisanteries sur notre monde. Dorante ricane ainsi joyeusement de l’idée saugrenue de son fils, avide de faire du commerce avec des pays étrangers à la main d’oeuvre moins coûteuse, comme l’Espagne ou la Chine. C’est vrai que c’est étrange comme idée de jeune personne de vouloir commercer avec la Chine…

Ces petites piques lancées à l’époque moderne apportent d’ailleurs la preuve que le choix même du genre est une référence au travail de Molière. L’auteur s’est illustré pour ses comédies et c’est avec une comédie qu’on lui rend hommage, mais pas seulement en se contentant de reprendre ses blagues, mais plutôt en reprenant l’essence du travail de Molière et en le transposant dans un nouveau monde pour proposer une critique (légèrement) modernisée de la classe aisée.

Mieux qu’une vulgaire adaptation à la ligne près du travail d’un auteur talentueux, les films qui montrent qu’ils ont compris l’oeuvre originale et qui s’en inspirent sont peut-être les meilleures adaptations du monde.

Image de Ran, un chef-d'oeuvre de Kurozawa fortement inspiré du Roi Lear de William Shakespeare
Dans le genre adaptation inspirée, mais d’un tout autre niveau, je ne peux que vous conseiller Ran de Kurosawa, un film qui reprend l’essence de Shakespeare pour le transposer librement au Japon féodal. Attention : chef d’oeuvre !

La nature de la comédie

Vous nous connaissez lecteurs, si Molière n’avait qu’un joli hommage rigolo à proposer, on n’aurait pas pris le temps de faire un article dessus. D’autant que pour le moment, on n’a pas DU TOUT répondu à la question du titre. La comédie ? Un genre sérieux ou pas ?

Mario se retournant et disant "non" par dessus son épaule.
« Non ! » (Manon quand elle pense à Molière. On vous a dit qu’elle n’aimait pas Molière ?)

Ce n’est pas l’avis de JB dans ce film. Persuadé qu’il vaut mieux que Corneille et Racine, il prétend que leurs textes sont trop médiocres et qu’ils sont la raison pour laquelle il est incapable de jouer de la tragédie. Mais hors de question pour lui de s’illustrer dans la comédie, comme le lui conseillent ses amis, parce que c’est un truc de bouffons.

Pendant tout le film, JB va donc aspirer à écrire des trucs sérieux parce que les blagues, ça va bien 5 minutes mais on ne devient pas célèbre en faisant le pitre. Pourtant, tout au long du film, Laurent Tirard dissémine son message selon lequel, la comédie est aussi noble et importante que la tragédie.

M. Jourdain et son professeur de danse, une scène inspirée du Bourgeois Gentilhomme.
Ceci dit, si JB était réellement tombé chez une famille comme celle du film, il se serait grandement vu simplifier la tâche.

Si le film explique que l’oeuvre de Molière est principalement inspirée de l’aventure qu’on le voit vivre, c’est une façon de montrer en deux heures de temps que les comédies du bonhomme ne sont pas de simples assortiments de blagues lancées au hasard, mais sont en fait le fruit de l’observation du comportement de gens normaux, comportement ensuite caricaturé et retranscrit par des comédiens.

Le premier succès comique de JB est d’ailleurs une série d’imitation de la famille chez laquelle il vit, imitation qu’il fait devant la maitresse de maison qui l’encourage à continuer dans cette voie. L’observation est primordiale pour l’auteur et Laurent Tirard montre qu’il a compris cela en ajoutant ses propres scènes comiques, inspirées du XXIe siècle.

Mieux que cela, la comédie n’est pas seulement une façon de pointer du doigt les défauts du monde, mais de faire comprendre au public que ces défauts existent et lui faire réaliser qu’il peut y remédier. La vie de la famille Jourdain est pleine de ces défauts que JB ne peut s’empêcher de reproduire lors de ses moments d’imitations. Il aide la maîtresse de maison à mettre le doigt sur les dysfonctionnement de sa famille et ensemble, ils vont régler les problèmes de chacun. Grâce à sa plume, Molière perce les abcès de façon plus légère et digeste que ne l’aurait fait la tragédie, souvent fataliste.

Le Schtroumph à lunettes faisant la lçon. Un personnage de Peyo
« Oui alors, je voudrais juste dire que la tragédie n’a pas DU TOUT pour ambition de percer des abcès, mais bien d’élever spirituellement le spectateur en lui proposant (…) » (Manon quand on lui parle de tragédie et qu’elle a décidé de vous faire comprendre qu’elle n’aime pas trop Molière)

Il semblerait qu’avec son film, Laurent Tirard ait tenté de nous montrer qu’une comédie ne devrait pas se contenter de faire rire, mais devrait profiter de sa plus grande accessibilité auprès du grand public pour faire passer des messages. C’est pour cette raison qu’on ne parle pas souvent de comédies sur notre blog, mais qu’on avait très envie de vous présenter Molière.

Le chauffeur, personnage principal du film Drive.
Et je pense à toi Drive, film ô combien compliqué à traiter car, bien que très bon, tu ne me plais pas.

D’autant que le credo selon lequel l’auteur doit, à l’aide de ses observations et de sa visibilité, amener les gens à réfléchir, c’est aussi le credo de ce blog. Si nos critiques ne se présentent pas comme celles que vous pouvez trouver sur d’autres sites c’est parce que nous voulons vraiment que nos articles servent de base à votre propre réflexion, notre avis sur un film étant finalement peu important, parce que tout ça reste quand même dans le domaine du subjectif.

Bien entendu, je ne saurais que trop vous conseiller de mater Molière. En dehors de sa réflexion sur l’importance et le pouvoir de la comédie, c’est un film sympathique mais qui ne casse pas non plus des briques. Ceci dit, c’est idéal à regarder un dimanche après-midi.

En attendant, continuez de vous faire votre propre avis sur le cinéma (tous les genres de cinéma) et à garder l’esprit ouvert, même quand il s’agit de comédie française.

Guillaume


Images:

Laurent Tirard, Molière, Wild Bunch Distribution, 2007.

« Dinosaures et 3310 » trouvé sur 9gag http://9gag.com/gag/1384496/just-nokia-3310-destroys-the-dinosaurs

Photo de Fabrice Luchini trouvée sur Wikipedia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Fabrice_Luchini

Laurent Tuel, Jean-Philippe, Studio Canal, 2006.

Tim Burton, Alice au pays des merveilles, Walt Disney Pictures, 2010.

Akira Kurosawa, Ran, Greenwich Film Productions et Nippon Herald Films, 1984.

Personnage de Schtroumph à lunettes créé par Peyo.

Nicolas Winding Refn, Drive, Wild Side Films, 2011

Un commentaire sur « Molière : la comédie, un genre ultra sérieux ? (Laurent Tirard, Molière, 2007) »

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s