La Menace Fantôme : un film indispensable ? (Star Wars : La Menace Fantôme, George Lucas, 1999)

Résumé

Alors qu’une planète est assiégée pour des… raisons par une organisation commerciale, la République galactique envoie deux moines guerriers en espérant qu’ils règlent le conflit. Ceux-ci conseillent à la Reine de voir ça avec le Sénat qui les a envoyé, donc c’est un peu une situation de « Je ne sais pas, demande à ta mère » au final. Alors qu’ils escortent une partie de la cour pour débattre au Sénat, leur vaisseau tombe en panne au milieu du désert. Là, le plus vieux des deux moines craque devant une petite boule de cheveux (ou « enfant esclave ») et veut absolument le ramener à la maison… 

"J'aime vraiment pas le sable, j'en ai trop marre de la vie" #AnagothVeincutter
« J’aime vraiment pas le sable, j’en ai trop marre de la vie » #AnagothVeincutter

Aaah, le premier film de la prélogie Star Wars. Je suppose que personne ne l’aime, hein ? En effet, la trilogie originale a quelque chose de plus mythique, et le gros avantage d’avoir eu droit à un autre réalisateur que George Lucas : la prélogie semble un peu plus fade à côté, d’autant qu’un film sur trois se résume à de la comédie romantique, et un autre tiers à « kéké trop classe et trop dark volcan avec de la lave tavu ».

Il reste donc un tiers de la prélogie que je ne résume pas en quelques mots à quelque chose d’assez ennuyeux, et c’est pour ça que je vais en parler aujourd’hui.

« Jar-Jar fait des blagues de prout et Anakin joue trop mal »

– Vous, je vois bien que vous essayez de m’aider, mais non.

De façon qui va peut-être en étonner plus d’un, je pense que La Menace Fantôme est le meilleur des trois films de la prélogie Star Wars. Bon, personne ne va se battre pour défendre l’Attaque des Clones, je le sais, mais OUI, même devant La Revanche des Sith.

. Et vous voulez savoir pourquoi La Menace Fantôme serait mieux que les deux autres ?

Vous vous doutez bien, ce serait trop facile si je vous le disais là comme ça, va falloir lire l’article mes agneaux.

Qui de notre génération se serait intéressé à Star Wars sans ce film ?

Je vous dis 2002, mais c'est surtout que je me souviens que je jouais à ça en même temps.
Je vous dis 2002, mais c’est surtout que je me souviens que je jouais à ça en même temps.

Au risque que vous vouliez me lapider, certainement pas moi. Mon père et mes oncles auront essayé de me montrer la trilogie originale plein de fois, mais je trouvais que les films piquaient les yeux, et qu’on se foutait de ma gueule en me vendant une princesse dans le film alors que si ça n’a pas de paillettes, c’est pas une princesse (plus ou moins). Je me suis mise à Star Wars vraiment sur le tard en fait, quand mon petit frère (coucou !) s’y est mis, et qu’il s’est montré réceptif, notamment grâce au DVD de La Menace Fantôme. Si je ne dis pas de bêtises, c’est aux alentours 2002 donc qu’on s’y est mis, j’avais donc à peu près neuf ans. Tard, je vous dit.

Maintenant j’en mets beaucoup au défi de venir me dire qu’ils en avaient quoi que ce soit à faire de Star Wars avant que ce film ne sorte, en entraînant avec lui des produits dérivés et des marathons « la guerre des étoiles » sur M6 une fois par an. Il y en a forcément, je n’en doute pas : mais en toute honnêteté, la plupart des gens de ma génération, même s’ils peuvent préférer les films avec Mark Hamill en héros aujourd’hui, n’auront eu d’intérêt pour Star Wars au départ que grâce à Anakin Skywalker et compagnie.

Ce qui est parfaitement normal. Le film est pensé précisément pour ça.

"Youpiiiiii !"
« Youpiiiiii ! »

L’un des héros est donc Anakin Skywalker, qui a environ dix ans (les fans hardcore, je compte sur vous pour me dire quel âge il a vraiment à ce moment-là, avec les mois, jours et tout). Il a l’âge de ces enfants que l’on aimerait intéresser à Star Wars, parce qu’ils sont un peu jeunes peut-être pour qu’on leur ait montré la trilogie originale, d’autant que celle-ci n’était pas faite pour leur parler, les personnages n’étant que des jeunes adultes.

"Quand j'aurai fini de te caresser le bras on ira faire un tour dans mon vaisseau spatial, d'accord petit ?"
« Quand j’aurai fini de te caresser le bras on ira faire un tour dans mon vaisseau spatial, d’accord petit ? »

Il faut donc faire un film qui leur parle : un héros enfant, qui fait des trucs, c’est un bon début. Et Anakin est parfait pour cela : il veut participer à sa course de pods, sa maman lui dit non, et l’autre héros du film, le seul et unique Qui-Gon Jinn, l’y aide, et lui dit à quel point il est doué et qu’il a un destin extraordinaire qui le mènera à réaliser ses rêves. Tout comme un gosse peut vouloir faire des auto-tamponneuses, mais sa maman lui dit non, et là un grand chevelu classe lui donne un jeton de fête foraine en lui disant que c’est le meilleur et qu’il peut lui apprendre plein de trucs – sauf que là c’est creepy quand même. Toujours est-il qu’un enfant est très tenté de s’identifier à Anakin assez vite, ce qui l’intéresse déjà plus à l’histoire que celle d’un adulte qui a pourtant les mêmes rêves (oui, Luke aussi veut devenir pilote, mais finit Jedi, comme son pôpa).

Cependant il faut aussi autre chose pour garder leur attention quand Anakin n’est pas à l’écran : cette chose se nomme Jar-Jar Binks. On arrive sur le sujet qui fâche, un peu. Parce que le mauvais jeu de Jake Lloyd, les gens le prennent comme argument, mais rien ne déclenche la colère des fans autant que Jar-Jar. Alors que Jar-Jar fait exactement ce qu’il a à faire. Ses blagues se destinent aux enfants dans l’audience, et pas aux adultes – sauf que Lucas a peut-être omis le fait que beaucoup des adultes qui venaient voir la préquel de leur trilogie mythique ne venaient que parce que c’était pour leurs souvenirs de gosse. Ils ne se préparaient pas à réfléchir sur pourquoi des blagues comme ça seraient insérées dans le film, et pourquoi ça ne les ferait pas rire.

Je veux dire, c'est soit Jar Jar l'énerve aussi, soit je ship #JarGon. #ToiAussiImproviseDesBlagues
Je veux dire, c’est soit Jar Jar l’énerve aussi, soit je ship #JarGon en fait. #ToiAussiImproviseDesBlagues

Mais essayez de vous souvenir de vos réactions petit face au film, et comparez-les à vos réactions maintenant : ou mieux, regardez le film avec un enfant. Pour un enfant, les blagues de Jar-Jar sont bêtes, il parle bizarrement, ça suffit à l’amuser : il bouffe de ça à longueur de temps dans les dessins animés de toute façon, des trucs qui parlent bizarre. Il rit aussi de voir comment Qui-Gon « gronde » Jar-Jar à chaque fois qu’il fait une bêtise. Un adulte, ce qui va le faire rire, ou du moins réagir positivement durant ces scènes, ce sont les réactions de Qui-Gon : il veut faire taire Jar-Jar, mais garde son calme de chevalier Jedi tout du long. N’importe quel adulte qui voit le film est irrité par le Gungan, parce qu’il parle trop et est globalement stupide, et en plus il vient faire ça à chaque fois que le film pourrait juste se poser un peu : mais parce qu’encore une fois, l’idée n’était pas d’attirer un public adulte (ni adolescent), mais un public enfant. Les adultes étaient déjà acquis à Star Wars : la preuve, même après la déception de La Menace Fantôme, ils sont allés voir les suivants et se préparent à aller voir Le Réveil de la Force. Les enfants par contre avaient besoin qu’on les intéresse un peu à l’univers en leur parlant plus particulièrement.

Est-ce que cela pardonne tout ? Non. Est-ce que ça veut dire que c’est un film pour enfants et puis c’est tout ? … Non plus.

Le film de la prélogie qui ne s’intéresse pas à Anakin Skywalker

« Quoi ? Non mais, le film s’intéresse quand même au moment où on découvre Anakin sur Tatooine et à sa course de pods, C’EST sur lui ! »

– La naïveté

Toi aussi apprends à pécho des meufs avec des cailloux, grâce aux enseignements d'Anakin et de Kili le nain imberbe !
Toi aussi apprends à pécho des meufs avec des cailloux, grâce aux enseignements d’Anakin et de Kili le nain imberbe !

Non, le film ne parle pas d’Anakin Skywalker, et oui je l’ai vu. J’ai vu qu’Anakin ne faisait rien d’intéressant à part conduire un pod. Après, il suit Qui-Gon et Obi-Wan, et n’a quasiment plus de dialogues. Rien ne développe le personnage – si, il offre un caillou à Padmé parce qu’il la trouve jolie. Wahou.

C’est en fait un film qui s’intéresse beaucoup plus à ce qu’est un Jedi, et qui pose les bases de la philosophie de la Force pour le reste de la trilogie, et pour montrer pourquoi tout finit mal. Spoiler : ce n’est pas de la faute d’Anakin. C’est celle d’Obi-Wan et du reste des Jedis, Qui-Gon mis à part.

C'est aussi ce moment gênant où tu te rends compte que devenir Jedi, ça passe aussi par des années de coupe de cheveux de merde.
C’est aussi ce moment gênant où tu te rends compte que devenir Jedi, ça passe aussi par des années de coupe de cheveux de merde.

D’abord, c’est la première fois que l’on voit un Jedi et son Padawan : Qui-Gon et Obi-Wan. Ils sont en quelque sorte notre modèle pour ce genre de relation, comme ce sont les premiers et les seuls que l’on voit : on est presque invité à comparer à eux Obi-Wan et Anakin. Ce que l’on voit chez Qui-Gon et Obi-Wan, c’est un maître Jedi patient, qui n’est jamais en conflit avec son apprenti, même quand il le sermonne – il est toujours extrêmement calme. Obi-Wan en tant que Padawan ne l’est pas : son maître lui reproche plusieurs fois qu’il est trop impulsif, qu’il prête peut-être trop attention à ses instincts plutôt qu’au moment présent. Maintenant, Obi-Wan en tant que maître est plus mauvais que Qui-Gon : il a plus tendance à s’énerver, il hausse beaucoup plus souvent le ton, prend plus souvent son Padawan de haut. Ce qui ne veut pas dire qu’Anakin n’est pas sans défauts en tant que Padawan ensuite : là où Obi-Wan dans La Menace Fantôme sait sans même qu’on ne le lui dise que Qui-Gon veut qu’il fasse décoller le vaisseau de Tatooine alors que lui-même est en train de combattre Dark Maul, Anakin n’obéit qu’à son instinct et jamais à son maître, quand bien même celui-ci lui donne précisément la marche à suivre.

Oui, je parle bien de ce symbole asiatique que l'on détourne jusqu'au vomissement par tous les orifices depuis quelques décennies en occident.
Oui, je parle bien de ce symbole asiatique que l’on détourne jusqu’au vomissement par tous les orifices depuis quelques décennies en occident.

Parlons à présent des origines de la Force. Lucas s’est fortement inspiré des philosophies asiatiques telles que le taoisme, et vous aurez sûrement déjà vu le symbole du Yin et du Yang. On l’interprète souvent en occident comme « Il y a toujours du mal dans le bien et du bien dans le mal », et ça peut effectivement s’appliquer à Star Wars, mais c’est en fait mieux que cela : le Yin et le Yang sont le symbole de l’équilibre et de la nécessité du « bien » et du « mal ». L’un ne va pas sans l’autre, on ne peut pas supprimer l’un sans annihiler l’autre et rompre l’équilibre : les deux sont nécessaires.

« L’élu qui ramène l’équilibre dans la Force », c’est le nom que Qui-Gon donne à Anakin. A priori il s’est planté, quand on sait qu’il devient Dark Vador… Sauf si l’ordre Jedi tel qu’il existait était déjà une forme de déséquilibre. Il semble en effet y avoir beaucoup plus de Jedis que de Siths dans l’univers à ce moment-là (du moins ils sont plus influents)– et s’il fallait, en fait, tuer une grande partie de l’ordre Jedi pour ramener l’équilibre ? Le passage d’Anakin du côté obscur n’en ferait donc pas moins l’élu, une sorte de mal nécessaire pour l’équilibre.

"Non, s'il vient on va tous crever. Le monde sera meilleur, mais je tiens plus à mon cul quand même."
« Non non, si tu viens on va tous crever. Le monde sera meilleur, mais on tient plus à notre cul quand même. »

Or, les Jedis ont tous passé beaucoup de temps à méditer sur la Force. Peut-être pas tous autant que Qui-Gon, dont on dit par la suite qu’il est le premier à avoir su apparaître en esprit comme Obi-Wan et Yoda le font dans la trilogie d’origine, mais quand même. Ils savent ce que veut dire l’équilibre dans la Force. Ils savent que ça veut dire qu’ils doivent perdre leur pouvoir politique – parce que oui, ils en ont – et que beaucoup d’entre eux doivent mourir. Pourquoi la République les enverrait-elle comme diplomates dans une affaire de blocus, si les Jedis n’étaient rien qu’un temple de moines guerriers ? Ils sont au service de la République, les gardiens en quelque sorte – ils sont dans une situation de déséquilibre, avec les Siths qui semblent avoir disparu depuis un certain temps quand Dark Maul fait son apparition. Ils savent ce que va faire l’élu – et le Conseil Jedi veut empêcher Qui-Gon de le former parce que cela signifie que l’ordre Jedi tel qu’ils le connaissent va disparaître.

"Maintenant que je vais mourir de vieillesse, je suis OK pour l'équilibre dans la Force en fait. Mais c'est bien parce que j'en ai plus rien à battre."
« Maintenant que mourir de vieillesse je vais, OK pour l’équilibre dans la Force en fait, je suis. Mais c’est bien parce que plus rien à battre, je n’en ai. »

Si on y réfléchit bien donc, ce film explique à l’avance pourquoi Anakin est bien l’élu alors même qu’en devenant Dark Vador il semble aller contre cette prophétie. Il prouve même par deux fois qu’il était l’élu : en éliminant les Jedis dans La Revanche des Sith, et en tuant l’Empereur dans le Retour du Jedi. Dans ce dernier, ce sont les Siths qui ont le pouvoir absolu : les Jedis sont une minorité. Et, si Luke est le héros de cette trilogie, c’est encore une fois Anakin qui crée l’équilibre : il tue les derniers Siths puissants en tuant l’Empereur puis en mourant,  et ainsi ramène l’équilibre dans la Force une bonne fois pour toute, comme la première fois avait été un échec.

Avec cela, le film se permet de donner l’archétype du grand maître Jedi, qui est incontestablement Qui-Gon Jinn : plus sage que tous les membres du conseil réunis, il a passé beaucoup de temps à méditer sur la Force, et est toujours calme. Quelque part, il a un peu l’attitude que l’on peut voir Luke prendre dans l’épisode 6, après de nombreuses séances de méditation en compagnie de Yoda sur Dagobah.

La Menace Fantôme, une part entière du canon Star Wars.

Eh oui, vous pouvez détester le jeu de Jake Lloyd, vous pouvez ne pas blairer Jar-Jar, et renier la prélogie en entier : il n’empêche que La Menace Fantôme fait partie intégrante de l’univers Star Wars, et cela même pour vous qui ne l’aimez pas.

Même chose pour lui : tant que vous l'avez pas vu dans un film, vous trouvez qu'il a juste l'air con en fait.
Même chose pour lui : tant que vous l’avez pas vu dans un film, vous trouvez qu’il a juste l’air con en fait.

Déjà, on a parlé assez longuement de Qui-Gon Jinn, mais j’y reviens rapidement juste pour dire : il fait partie de ces nombreux Jedis qui sont apparus au cinéma pour la première fois dans la prélogie, avec Mace Windu par exemple. Et pourtant personne ne remet en cause l’epicness de ces deux personnages. De même, Dark Maul a rapidement fait sa petite place dans le cœur des gens, avec son double sabre laser – et pourtant les gens se sont foutus de sa gueule assez tôt à celui-ci. C’est pour cette raison d’ailleurs que je prédis beaucoup de cosplays avec des sabres lasers en forme en forme de croix pour les années à venir, pour un peu que le personnage qui la porte dans le prochain soit vaguement classe.

Pareil : Obi-Wan Kenobi, il apparaît dans les deux sagas. Dans Un Nouvel Espoir c’est sous le nom de Ben Kenobi, certes, et on le voit peu, mais celui dont on se souvient le plus, c’est celui qui est interprété par Ewan McGregor. Sûrement parce qu’il est bien interprété, et que le personnage a une certaine profondeur. Je disais plus haut que c’était peut-être un bon Padawan, mais sûrement pas le meilleur maître Jedi, mais c’est ce qui le rend intéressant. Qui-Gon est parfait, tout Ben Kenobi l’est aussi d’une certaine manière. Ils sont tous deux vieux et sages, et n’hésitent pas à se sacrifier le moment venu – presque de la même façon l’un que l’autre, puisque sous les yeux de leur apprenti (je sais que Luke n’est pas vraiment le Padawan de Ben, mais ils ont quand même une relation élève-mentor, il faut le dire). Obi-Wan par contre n’a pas encore de recul, son apprentissage s’est arrêté prématurément – du fait que n’étant pas l’élu, Qui-Gon n’en a plus rien à foutre de l’avoir comme Padawan, puisque c’est Anakin qui ramène l’équilibre dans la force, qu’importe les sacrifices que cela implique. Cela vaut en fait pour toute la prélogie, mais le fait est que le jeune Obi-Wan est beaucoup plus marquant que le vieil Obi-Wan.

Pour vous montrer ça, le résultat de la recherche "Obi-Wan Kenobi" dans Google Images. Je vous ai entouré Alec Guinness pour aller plus vite.
Pour vous montrer ça, le résultat de la recherche « Obi-Wan Kenobi » dans Google Images. Je vous ai entouré Alec Guinness pour aller plus vite.
Vous voulez que je vous énerve encore plus ? Cette image n'est pas de moi.
Vous voulez que je vous énerve encore plus ? Cette image n’est pas de moi.

Et vous voulez que je vous énerve un peu ? Jar-Jar Binks est un personnage culte. Tout le monde sait qui c’est, tout le monde adore le détester. Quelque part, on en parle beaucoup, beaucoup plus que d’un personnage comme Chewbacca, parce que dans le fond, Chewbacca, tout le monde s’en fiche. Il est là, il est gentil, on lui donne un susucre et il fait son cri chelou, mais on ne s’en souvient que parce que c’est le doudou de Han Solo (oui, un gros truc qui a une vague forme d’ours, qui a des poils, et que quelqu’un traîne partout, c’est un doudou). De même que les Ewoks, on s’en souvient parce que ce sont des peluches. Jar-Jar, on s’en souvient parce qu’il nous a fait réagir – de façon généralement négative, mais quand même. D’autant plus que Jar-Jar prend des décisions, il fait des trucs, même si ça finit mal de temps en temps : Chewie, en tant que doudou, ne fait que suivre. « Ce n’est pas parce que tu parles que tu es intelligent », comme le disait Qui-Gon, en attendant celui qui ne parle pas à un QI aussi élevé que celui de mon chien (que j’adore, ne nous méprenons pas).

Séquence du film d'autant plus cool qu'au montage ils se sont abstenus de mettre de la musique de fond. Juste le bruit des pods.
Séquence du film d’autant plus cool qu’au montage ils se sont abstenus de mettre de la musique de fond. Juste le bruit des moteurs des pods.

Ensuite, beaucoup de scènes du film sont cultes : la course de pods en est une, et c’est d’ailleurs l’une des scènes que j’entends le plus citée comme la favorite des gens autour de moi, alors même que beaucoup disent dans la même phrase que « La Menace Fantôme c’est de la merde ». L’un n’empêche pas l’autre évidemment – et vous noterez que je ne suis pas en train de vous dire que le film est bon, je vous dis que le film fait des trucs intéressants, c’est pas pareil. De même, le combat final entre Qui-Gon, Dark Maul, et Obi-Wan, c’est l’une des toutes meilleures scènes du film ET de toute la saga, en entier. Pour rester sur cette scène : « Duel of the Fates ». C’est tout, vous ne pouvez pas dire que cette musique n’est pas aussi culte que le thème du générique de Star Wars.

Pourquoi je fais une liste comme ça ? A quoi ça me mène ? C’est simple : quoiqu’il arrive, ce film fait partie de l’univers Star Wars, pour tout le monde, même ceux qui ne le veulent pas – parce que ceux-là l’ont vu et justement, cette petite liste s’adresse à eux. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent, c’est un film qui les a marqués – et dont souvent ils ne nient pas tous les aspects. C’est un film qu’ils revoient à l’occasion peut-être. Et peut-être que s’ils le critiquent, c’est pour suivre la foule, et dans le fond, ils l’aiment bien quand même.

Laqvs-LMFCast
Après je dis pas, je trouve quand même le casting original plus attachant que celui de la suite.

C’est un peu ma position par rapport à cette prélogie – suivre le mouvement c’est facile, mais elle gardera toujours une place un peu spéciale pour moi, parce que c’est la trilogie Star Wars qui me visait directement – la fille (épisode II), jeune (épisode I), puis adolescente kikou-dark – comme tous les adolescents du monde en un sens (épisode III). Et, pour ce que je peux me moquer des épisodes II et III, ils apportent eux aussi des choses intéressantes à l’ensemble de l’histoire. En tout, je trouve même que la prélogie veut raconter une histoire plus ambitieuse et plus complexe que la trilogie – la chute d’une République, l’équilibre de la Force, tout ça, face à la naissance d’un héros (parce que l’équilibre dans la Force ramené par Vador ne se comprend que grâce à la prélogie, sans ça c’est juste le méchant qui redevient le gentil pôpa Jedi).

Voilà – j’ai choisi ce qui me semble être l’épisode le plus mal aimé de la prélogie (parce que l’épisode II personne n’en parle autant en fait) pour la défendre en entier. Ce n’est pas sans penser à la prochaine trilogie à venir, dont je ne sais trop que penser – peut-on faire « pire » que la prélogie aux yeux des fanboys ?

Non : la seule façon de leur plaire, ce serait de leur passer en boucle la trilogie originale au nom du « c’était mieux avant ». Sauf que ces gens ne sont vraiment pas drôles, alors allez voir l’épisode VII, essayez d’apprécier le film pour ce qu’il est, et que vous l’aimiez ou pas, cherchez à savoir ce que vous espériez voir : un nouveau film, ou votre film favori de la guerre des étoiles ?

"Je pensais pas que le sable ça te mettait autant en colère !"
« Je pensais pas que le sable ça te mettait autant en colère ! »

Manon.


Crédit images

George Lucas, Star Wars III : La Revanche des Sith, Lucasfilm 2005.

George Lucas, Star Wars I : La Menace Fantôme, Lucasfilm 1999.

Harry Potter and the Philosopher’s Stone, Sony & Warner Bros 2001.

Photo du casting original trouvée à l’adresse <http://www.examiner.com/article/it-s-official-original-star-wars-cast-will-be-sequel>

« Jar-Jar > Chewbacca » trouvé à l’adresse <https://www.youtube.com/watch?v=FENdqtmxc9U>

Richard Marquand, Star Wars VI : Le Retour du Jedi, Lucasfilm 1983.

Peter Jackson, La Désolation de Smaug, Warner Bros. 2013.

9 commentaires sur « La Menace Fantôme : un film indispensable ? (Star Wars : La Menace Fantôme, George Lucas, 1999) »

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s