007 Spectre – le Billet du Mercredi

C’était une de mes grosses attentes niveau sorties cinéma en cette fin d’année 2015 : le nouveau film de la série James Bond, avec, en gros gros bonus, Christoph Waltz en méchant et Monica Bellucci dans le rôle de l’une des James Bond girls. Ai-je été déçue ? Ooooh que non. 

C'est difficile à représenter avec une image, parce que c'est vraiment un plan séquence magnifique.
C’est difficile à représenter avec une image, parce que c’est vraiment un plan séquence magnifique.

Je suis obligée de mentionner la séquence pré-générique en premier, parce que dès qu’elle a commencé, j’étais séduite et hypnotisée. Le film débute sur la fête du Jour des Morts à Mexico, et consiste en un long plan séquence (qui n’est pas sans rappeler Birdman) accompagné d’une musique tout simplement envoûtante, où la caméra commence par retrouver un James Bond masqué dans la foule, pour le suivre dans une chambre d’hôtel, puis sur les toits de Mexico jusqu’à ce qu’il trouve sa cible. Une fois que l’action commence, on abandonne le plan séquence pour quelque chose de plus habituel, mais vraiment, le film vaut le détour juste pour ce début selon moi. Je pourrais revoir cette scène encore et encore.

Et comme à l'époque de Brosnan, 007 fait des trucs impossibles avec un avion.
Et comme à l’époque de Brosnan, 007 fait des trucs impossibles avec un avion.

Parlons du film en général : je préfère prévenir, je l’ai adoré, mais je ne suis probablement pas objective. Comme j’ai pu le dire ici et , j’ai grandi avec James Bond, notamment ceux de la période Pierce Brosnan : c’est-à-dire avec un Bond cabotin, qui a le droit à ses moments d’humour. Les films avec Daniel Craig avaient préféré revenir à un ton plus sérieux, mais celui-ci déroge à cette règle, et personnellement j’apprécie beaucoup cela, mais je pense que c’est dû en grande partie à une sorte de nostalgie qui fait que je me sentais vraiment en terrain connu. La rumeur dit que Craig n’a pas apprécié ce retour à l’humour, mais c’est son problème j’ai envie de dire.

Monica Bellucci n'apparaît d'ailleurs pas longtemps, mais chaque moment qu'elle passe devant la caméra relève du plaisir pur.
Monica Bellucci n’apparaît d’ailleurs pas longtemps, mais chaque moment qu’elle passe devant la caméra relève du plaisir pur.

Le film m’a d’ailleurs sous bien des aspects fait penser à GoldenEye, assez étrangement : un nouvel acteur pour jouer M (Ralph Fiennes, depuis la fin de Skyfall) et qui doit se montrer à la hauteur du rôle ; un Bond partagé entre une belle brune qui se trouve plutôt du côté des adversaires (Monica Bellucci) et une blonde intellectuelle et en danger bien malgré elle (Léa Seydoux) ; une relation à l’antagoniste (Christoph Waltz) qui n’est pas sans rappeler celle que 007 avait avec Alec Trevelyan dans GoldenEye… Ce que personnellement je trouve assez intéressant, je dois l’admettre, parce que bien évidemment, rien que le titre du film fait allusion à une organisation déjà existante dans l’univers James Bond, SPECTRE, qui apparaît dans Dr. No, Bons baisers de Russie, Opération Tonnerre, On ne vit que deux fois, Au service secret de sa Majesté, Les diamants sont éternels et Jamais plus jamais – et Spectre, donc. Sauf que l’intrigue se veut adaptée à l’actualité, et je trouve qu’elle l’est (beaucoup plus que Terminator : Genisys du moins).

Je remercie chaque jour Tarantino d'avoir révélé cet acteur au grand public, ceci dit.
Je remercie chaque jour Tarantino d’avoir révélé cet acteur au grand public, ceci dit.

Pour finir, je me sens obligée de vous parler du personnage de Christoph Waltz, parce que… Je suis très partagée. Je pense que je m’attendais à beaucoup de sa part, parce qu’il interprète l’un des antagonistes que je trouve les plus inquiétants du cinéma dans Inglorious Basterds de Tarantino. Il revient dans le même genre de personnage ici, qui a cet air toujours très gentil, et très peu menaçant, et en soi je trouve qu’il fait un bon méchant, mais je m’attendais à quelque chose de plus inquiétant. Sa première apparition semblait bien partir pour cela, puisqu’il reste dans l’ombre pendant une grande partie de la scène, et parle peu – jusqu’à ce qu’il repère Bond dans la salle. Il reste très calme, et tourne juste un peu sa tête exactement dans la direction de James, ce qui révèle une partie de ses traits, et faisant cela fait un petit signe de main accompagné d’un « coucou ». Cependant il ne reste pas dans l’ombre bien longtemps, et est un méchant assez classique. Sauf que Sam Mendes a joué sur le cliché du méchant, parce que Waltz dans ce film a un chat persan à qui il fait un bisou, et il perd un œil, et j’ai bien aimé ça. Surtout que c’est une référence à la première tête de l’agence SPECTRE, Ernst Stavro Blofeld, qui avait un oeil en moins et un chat persan.

Marcel Proust approuve cette Madeleine.
Marcel Proust approuve cette Madeleine.

En un mot comme en mille, j’ai beaucoup aimé le film. J’ai un peu râlé à la sortie contre le cliché du nom de Madeleine Swann (pour la fameuse madeleine, dans le roman Du Côté de chez Swann de Proust) pour le personnage de Léa Seydoux, mais maintenant je me dis que quitte à lui donner un nom qui sonne français, faire une référence à Proust c’est un beau geste. La chanson du générique n’est pas très bonne, mais les images façon gros hentai m’ont bien fait délirer donc ça passe. En plus il y a Dave Bautista dans le film, et Dave Bautista c’est Drax dans les Gardiens de la Galaxie, et dans Spectre aussi il a de bons réflexes donc rien ne lui passe au-dessus de la tête et c’est cool (mais j’ai jamais pu le considérer comme un méchant parce qu’il a une tête de gros nounours gentil).

Voilà, vous l’aurez compris, à mon sens, Spectre est un très bon James Bond – mais vous aurez aussi compris que je ne pense pas être tout à fait objective. Mon conseil : allez le voir  (mais pas les yeux fermés parce que ce serait dommage de pas en profiter).

Manon.


Crédit images

Sam Mendes, 007 Spectre, Metro Goldwyn Meyer 2015.

Photo de Marcel Proust trouvée à l’adresse <http://www.edilivre.com/media/blog/2014/10/Marcel_Proust_2.jpg>

4 commentaires sur « 007 Spectre – le Billet du Mercredi »

  1. Aïe Manon nous allons souvent être en désaccord.

    Je suis un très grand fan de 007, c’est mon personnage de fiction préféré(j’adore Batman mais difficile de se projeter dans un héros qui doit partir dans les toilettes pour se changer).

    James Bond c’est de belles voitures, des gadgets, des décors somptueux, des méchants qui vous invitent à leur table avant d’attenter à votre vie et des belles femmes.

    Bref, la vie rêvé de chaque homme. Mais Bond c’est aussi le héros le plus difficile à transposer au cinéma, entre 6 interprètes, 6 interprétations différentes. C’est un cocktail délicat à réunir entre la charte bondienne et l’innovation.

    Tu l’aura déjà compris Manon, je n’ai pas aimé Spectre. En fait bien que j’adore Casino Royale et Skyfall, et la prestation de Daniel Craig, je suis avant tout fan de The Bond Sean Connery.

    Et c’est là le point noir du film. Spectre trahit à la fois les romans et l’ère Connery. Blofeld sous Sean et dans les livres, n’a aucun lien de parenté avec 007. Ce sont leurs activités respectives qui amènent Bond et Blofeld à se croiser et non une adoption.

    L’idée d’un Blofeld frère adoptif de 007 est un sacrilège, d’autant que c’est le genre de procédé utilisé à outrance dans la SF de très mauvaise qualité.

    Cela est d’autant plus mauvais que l’on comprend tout de suite que Blofeld est le demi frère de 007, dès que celui-ci rentre à son domicile et regarde la photo, seul vestige de Skyfall dans les vingt premières minutes du film.

    Autre point noir, Lea Seydoux. Je vais sûrement passer pour un sexiste, mais elle n’a pas le standing d’une James Bond girl. Eva Green n’est pas un superbe femme, mais avait réussi à apporter du charisme et du charme à Vesper. Ce ne sera pas le cas de Lea Seydou avec Madeleine.

    Le personnage de C juste avant de mourir avec ses explications clichés, font de lui un méchant caricatural, un peu comme les méchants des Bond Brosnan (hormis dans l’excellent Goldeneye).

    Autre point noir, certaines scènes semblent diluer de leur substance. La scène de poursuite entre la jaguar et l’Aston en est le parfait exemple. Durant toute la poursuite, hormis la Fiat, il n’y a aucune voiture dans les rues de Rome. Du coup ce n’est plus une course poursuite mais une balade.

    On peut également être très surpris que 007 se remette extrêmement bien de sa séance de torture et dégomme avec une extrême facilité une dizaine de garde, simplement en regardant dans la reticule de visée de son fusil d’assaut, tel un joueur dans une partie de Call of Duty. Idem pour son tir exceptionnel sur l’hélicoptère avec un vulgaire Walther PPK.

    Malgré ça, je suis d’accord pour que Craig rempile, histoire de me laisser le temps de prendre la nationalité britannique, afin d’être le 7ème Bond

    J'aime

    1. Ah ah, c’est pas grave, c’est l’intérêt de donner son avis :p
      Pour Blofeld, je te rejoins là-dessus : autant je ne me suis pas plus posé la question pendant le visionnage, autant il me semble très maladroit. Je pense que c’est du au fait que les scénaristes ont voulu lier tous les films ensemble avec ce personnage dont on avait jamais parlé – en faire le frère adoptif de Bond ne sert qu’à dire « Oh, regardez, en fait, il est derrière tout ça depuis le début ! »
      De même, je te rejoins sur le Sean, je serais une bien mauvaise écossaise d’adoption si je ne le portais pas quelque part dans mon petit coeur. Maintenant j’aime aussi beaucoup Daniel Craig en 007, qui si je faisais un classement serait très probablement juste derrière Sean. On en arrive en fait à une question d’adaptation (ma favorite).
      Sean Connery reste dans son jeu plutôt fidèle au Bond des romans (qui sont oufissimes, y’a pas d’autre mot) parce que c’est le premier interprète du personnage, donc il semble assez naturel de respecter à la lettre le personnage d’origine – même si les romans ne seront pas adaptés dans l’ordre. Mais déjà il y avait des changements – les gadgets se font plus présents, et beaucoup de détails changent, notamment la voiture de Bond qui passe d’une Bentley à une Aston Martin. Mais ce n’est pas ça le plus intéressant.
      Je pense que si les films James Bond existent encore aujourd’hui, c’est précisément grâce à ces changements d’interprètes et d’interprétations. Sean Connery n’aurait pu tenir le rôle cinquante ans; et caster un acteur qui lui ressemble pour jouer exactement comme lui aurait de même été une erreur. Chaque acteur change un peu le personnage à sa manière, ce qui rend le personnage réellement immortel, et théoriquement nous pourrions nous attendre à fêter les 100 ans de la franchise James Bond en 2063 (ça va, je peux espérer vivre au moins jusqu’à 70 ans). Evidemment, tous les interprètes ne plairont pas à tout le monde, et ça s’éloignera toujours un peu des romans (mais bon, on en est déjà assez loin et ce depuis assez longtemps – Casino Royale qui se passe en Normandie, moi ça m’aurait fait marrer, mais ça n’aurait fait rêver absolument personne) tout comme de l’interprétation originale de Sean Connery. Mais c’est ce qu’il faut pour que James Bond continue d’exister.
      Si on désirait, en fait, tout rendre d’un coup plus fidèle aux romans, et ne plus jamais changer le personnage, on se retrouverait dans un cas de mort lente et inexorable de la franchise – un peu, à mon sens, comme Indiana Jones, qui s’accroche à son Harrison Ford de toutes ses forces, au point qu’après son départ en retraite ou son décès, il sera impossible de continuer une série de films qui par nature est pulp et aurait donc pu changer d’acteur plusieurs fois sans problème.
      Pour revenir sur un dernier détail de Spectre, Léa Seydoux n’est pas ce que j’appellerais une bonne actrice, mais pour le coup par rapport au personnage ça marchait : ce n’est pas une James Bond Girl séductrice, c’est une demoiselle en détresse que James Bond décide de sauver. Elle est effectivement moins bien qu’Eva Green (mais de toutes façons, Madeleine ne vaudra jamais Vesper), maintenant je la trouve tout de même bien dans le rôle, dans ce film où il y avait déjà peu de place pour un intérêt amoureux.
      Voilà voilà. Quand à ton ambition de devenir le 7ème 007, je ne peux que te souhaiter bonne chance 😉

      J'aime

  2. Oui moi aussi je classe Daniel Craig derrière Sean Connery. Et je trouve que Daniel Craig à su rapporté un souffle nouveau à la saga, avec 2 des meilleurs Bond Skyfall et Casino Royale.

    Et bien sur Bond est un dilemme, il doit à la fois respecter une charte et évoluer.

    Spectre n’est pas un mauvais film, mais un Bond en demi teinte. De la scène d’ouverture jusqu’à la mort de Mr Hinx, il y a de très bonnes scènes:
    – la réunion à Rome avec l’entrée de Bautista notamment.

    Mais à partir de la révélation de Blofeld, le film semble sérieusement négligé(destruction de la base+ évasion ultra expéditives+la fin à Londres)

    La faute essentiellement à Sam Mendès. Depuis American Beauty je suis son travail et j’ai adoré Skyfall, mais pour moi il n’aurait jamais dû rempiler. Il était clair qu’il avait donné le meilleur de lui-même et si il est vrai que certains réalisateurs ont fait plus d’un Bond, s’étaient rarement à la suite.

    Au final Spectre divise la communauté Bondienne. Dommage Spectre aurait mérité meilleur traitement

    J'aime

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s