Crimson Peak – Le Billet du Mercredi

Crimson Peak, ou le dernier projet d’horreur de ce bon vieux Guillermo del Toro, avait tout pour m’attirer en salle.

Les personnages d'artistes hantés par leurs créations sont mes préférés. Il avait tout pour lui je vous dis.
Les personnages d’artistes hantés par leurs créations sont mes préférés. Il avait tout pour lui je vous dis.

Outre le fait que le monsieur soit un génie de la mise en scène et de l’ambiance, le synopsis, me paraissait particulièrement excitant : un vieux manoir bourré de secrets, une romancière en devenir et des aristocrates sans fortune, le tout dans une Angleterre de la fin du XIXe siècle. Que demander de mieux ?

Je m’étais donc fait une petite croix sur mon calendrier, espérant revivre les mêmes frissons que devant le Labyrinthe de Pan (de del Toro), ou que devant Dracula (le livre de Bram Stocker, tout comme le film de Coppola). C’est hélas une toute autre expérience que j’étais sur le point de vivre.

Ne nous mentons pas, le film est très beau. Guillermo del Toro n’a pas perdu la main en matière d’esthétiques. Les couleurs, les ombres et les décors sont globalement dépaysants. Le manoir vu de l’intérieur ressemble à une grosse fleur fanée qui aurait gardé quelques taches de couleurs de sa jeunesse, mais qui sombrerait inexorablement vers des tons plus sombres, rappelant sa mort prochaine. Les costumes sont également magnifiques et Mia Wasikowska (Alice au Pays des Merveilles) et Tom Hiddleston (Loki de l’univers Avengers) sont physiquement très crédibles en personnages du XIXe siècle.

Bien exécuté, macabre et dénué d'émotions, le film est une peinture à l'huile.
Bien exécuté, macabre et dénué d’émotions, le film est une peinture à l’huile.

Pourquoi physiquement seulement ? Parce que globalement, le film ferait une magnifique nature morte, mais dès qu’il s’agit d’écriture, il est beaucoup trop faible.

Dès le début du film, j’ai eu beaucoup de mal avec les personnages principaux. Mia Wasikowska me faisait beaucoup trop penser à Alice vue par Burton (grande rêveuse qui envoie chier tout le monde, qui méprise la noblesse et qui s’étonne de ne pas avoir d’amis), Tom Hiddleston est un aristocrate anglais moins au fait de l’étiquette que notre héroïne pourtant « rebelle » en plus d’être un séducteur bien lourdingue et sa sœur tire tellement la tronche pendant tout le film que si on ne comprend pas qu’elle cache quelque chose, c’est qu’on le fait exprès.

Le hall est splendide, mais elles viennent d'où les feuilles mortes qui tombent par le trou du toit ? Il n'y a pas d'arbres dans le coin !
Le hall est splendide, mais elles viennent d’où les feuilles mortes qui tombent par le trou du toit ? Il n’y a pas d’arbres dans le coin !

Rassurez-vous, j’avais compris qu’elle était louche. En fait, j’avais tellement bien compris que ça m’a sorti du film. Lorsque j’étais adolescent, j’étais passionné par la littérature gothique anglo-saxonne (Dracula donc, mais aussi Frankenstein de Mary Shelley, Le Moine de Lewis et plus généralement, les travaux de H.P. Lovecraft et d’Edgar Allan Poe) au point que j’ai tenté d’écrire quelques nouvelles dans ce style. Est-ce que mon cerveau est devenu plus avertis des ficelles scénaristiques de ce genre d’œuvres ? Est-ce que Guillermo del Toro a écrit le scénario avec un adolescent de 16 ans ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que chaque retournement de situation est tellement gros que je les ai presque tous vu venir 15 bonnes minutes à l’avance. Si ce film avait été une grande partie de Cluedo, j’aurais pu dire, précisément, qui allait tuer qui, comment, avec quelle arme, dans quelle pièce du manoir, et surtout, dans quel ordre, tellement c’était gros. En fait, il suffit juste d’avoir vu Shining (Stanley Kubrick) pour deviner la moitié de ce qui se passe dans la scène finale…

Ceci dit, le film passe tellement de temps à filmer Tom Hiddleston et sa sœur se faire des messes basses qu’on en sait presque plus sur eux que sur le personnage principal. Le suspense est donc inexistant.

Mon petit doigt me dit que ces gens sont louches, mais je ne sais pas ce qui lui fait dire ça...
Mon petit doigt me dit que ces gens sont louches, mais je ne sais pas ce qui lui fait dire ça…

Un bon point pour la jolie métaphore du film qui nous présente le domaine de Crimson Peak et ses habitants comme des fantômes du passé. Le frère et la sœur sont tellement tournés sur eux-mêmes et sur leur nom qu’ils sont incapables de s’acclimater à la société moderne, ce qui cause leur perte en pleine industrialisation du Royaume-Uni.

Un fantôme des films Ghostbuster
Laissez-lui le temps je vous dis, et dans 20 ans, on trouvera les effets de Crimson Peak bien moyens.

Le plus gros point négatif ? Les vrais fantômes et la mise en scène qui tourne autour. Aussi subtils que Jessica Chastain (la sœur de Tom donc), ils se contentent d’avancer en ligne droite vers le personnage principal, n’étant effrayants que parce qu’ils sont moches. Le plus triste, c’est que l’effet spécial utilisé n’est pas toujours convainquant, et on est certain de le voir aussi mal vieillir que celui de la saga Ghostbusters… dommage pour un film de fantômes.

Rien de catastrophique cependant, et si vous êtes des fans inconditionnels de Guillermo del Toro, il serait dommage de vous interdire d’aller le voir, juste par curiosité (et pourquoi pas pour faire une partie de Cluedo avec vos amis).

Guillaume.


Images :

Guillermo del Toro, Crimson Peak, Legendary Pictures, 2015.

Willem Claeszoon Heda, Petite nature morte d’apparat au crabe, 1648.

Ivan Reitman, SOS Fantômes,  Columbia Pictures, 1984

2 commentaires sur « Crimson Peak – Le Billet du Mercredi »

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s