Jurassic World – le Billet du Mercredi

Vingt-deux ans – c’est le temps écoulé entre la première ébauche de parc à dinosaures de John Hammond et sa réalisation, le Jurassic World, du même nom que le film sorti aujourd’hui. Alors, est-ce que l’idée d’un Jurassic Park est moins dangereuse en 2015 qu’en 1993, et est-ce le même fun ? 

Un film qu’il est fun

Vous avez peur du grand requin blanc ? Pour le Mosasaure, c'est une vulgaire sardine.
Vous avez peur du grand requin blanc ? Pour le Mosasaure, c’est une vulgaire sardine.

C’est juste aussi énorme que le Mosasaure présenté dans le film – on ne s’ennuie pas, il y a de bonnes scènes d’action quand il le faut, les personnages sont juste assez attachants sans trop en faire, les dinosaures sont beaux.

La réussite tient au fait que le film propose des choses nouvelles malgré ses célébrissimes prédécesseurs. Plus de dinosaures laissés en semi-liberté, qui ne connaissent pas l’homme : ici, on dresse des raptors. Il y aura sans doute beaucoup de critiques et de sourcils arqués à l’idée de voir Chris Pratt en dresseur de quatre raptors, et les plus sceptiques diront :

« Oui mais c’est pas possible de dresser des dinosaures ! »

– Les plus sceptiques

"Mais c'est un beau raptor qui va avoir des petites gratouilles ça !"
« Mais c’est un beau raptor qui va avoir des petites gratouilles ça ! »

Sauf qu’après tout, on a jamais vu de dinosaures, et que si nos ancêtres ont bien pu apprivoiser des loups pour en faire des chiens, dresser un raptor au moins pour qu’il obéisse à des ordres de base ne devrait pas être impossible. Et puis mince, on parle d’un film dans lequel on ressuscite des dinosaures à partir de sève d’arbre, quand même.

Le film sert également du fan service à foison – on peut même voir l’accueil et les Jeeps du Jurassic Park original, ce qui n’aura peut-être rien dit aux jeunes enfants dans la salle, mais aura fait sourire les plus vieux. Il y a même un employé qui a un t-shirt Jurassic Park (à 150$) en référence à la première ébauche de parc par John  Hammond, vingt ans avant les évènements de Jurassic World. Ce personnage est un vrai fan du Jurassic Park (ça aurait presque pu être le film), traité avec beaucoup de bienveillance, et ça c’est cool. Encore plus cool : la revanche du T-Rex. On ne le voit pas pendant la majeure partie du film, bien que le teasing soit bien fait mais il arrive pour les dernières scènes, dont un combat de fin jouissif (encore que…). Et une scène qui nous a rappelé le Roi Lion. #Roaaar

La prophétie de Steven Spielberg

Teenage Mutant Ninja Raptors ! #RetirezMoiPaint
Teenage Mutant Ninja Raptors ! #RetirezMoiPaint

Tout n’est pas parfait non plus, et pour rester sur le T-Rex, son arrivée est plus que prévisible, et totalement tirée par les cheveux. Comme dans le premier film, il sauve la mise, mais cette fois-ci accompagné d’un gang de raptors avec en guest star le Mosasaure. Pourtant, si le combat entre ces créatures « naturelles » et leur adversaire hybride (l’Indominus Rex #lol) peut paraitre ridicule, il nous a amené à réfléchir à propos de plein de trucs sur ce film qui n’est pas aussi idiot qu’on pourrait le croire (non parce qu’il faut être fou pour reprendre le projet de Hammond après le fiasco décrit dans les premiers volets, nous on n’y croyait pas).

Les dinos s’associent donc contre le super prédateur hybride créé par une équipe marketing en manque de financement et lui mettent une raclée après que des personnages se soient interrogés sur le fait de faire sponsoriser des dinosaures et sur le bien fondé d’en faire un usage autre que du pur divertissement. C’est intéressant comme scène, parce que Jurassic World est un blockbuster d’été dans toute sa splendeur, enfant un peu déformé (parce que les standards ont changé) du film culte de Steven Spielberg. Le combat final est donc une allégorie du film en lui-même puisque le dinosaure créé pour surpasser ses prédécesseurs en matière de divertissement EST le film !

John Hammond et Steven Spielberg côte à côte.
Lunettes, barbe blanche, Hammond et Spielberg seraient-ils la même personne ?

Spielberg, père du blockbuster, prophétise depuis longtemps la chute d’Hollywood à cause de la place croissante du profit dans les intérêts des producteurs au détriment du fun, ce que lui a toujours défendu. C’est d’autant plus marrant que John Hammond, fondateur du parc dans le premier film, voyait son projet avec des yeux d’enfant émerveillé là où les personnages ne parlent que de profit et d’investissement. Pour preuve, ce plan emblématique où le spectateur découvre les dinosaures dans le premier film (avec le fameux thème) est présent ici, mais dévoile un parc où les dinos ont fait place à des restaurants et des boutiques de souvenirs. Tout parait plus mercantile dans ce film, mais finalement, l’avidité des investisseurs est à l’origine de la chute du parc.

En résumé, on conseille totalement d’aller voir Jurassic World, d’autant que ce sera toujours plus sûr que de visiter le parc en vrai, parce que dino hybride ou pas, la sécurité n’est définitivement pas leur point fort.

Guillaume et Manon.


Images :

Jurassic World, Colin Trevorrow, Amblin Entertainment, Legendary Pictures & Universal Pictures 2015.

Jurassic Park, Steven Spielberg, Amblin Entertainment & Universal Pictures 1993.

Photographie de Gerald Geronimo, « Steven Spielberg au San Diego Comic-Con International en juillet 2011 »

7 commentaires sur « Jurassic World – le Billet du Mercredi »

    1. Heureux que ça t’aie plu. Pour la suite de l’un des films les plus cultes des années 90, Jurassic World se défend assez bien. On essayera de refaire des Billets du Mercredi à l’occasion.

      J'aime

  1. Si Jurrassic World à cartonner au Box Office, il n’a pas été épargné par les critiques: Dinosaures pas très réalistes, simple « remake » de Jurrassic Park, et bien sûr la séquence de dressage de raptors.

    Commençons par là: contrairement à beaucoup je pense que c’est faisable. Et je me base sur une espèce hautement hostile à l’homme: le crocodile. Contrairement au requin avec lequel il est souvent comparer, le crocodile raffole de la chair humaine et fait le malheur de toute personne souhaitant se baigner dans un marécage ou dans la mer en Australie du Nord. Autant dire que les éleveurs de ses sauriens exercent une passion extrêmement dangereuse. Certains éleveurs ont trouvé la parade pour réduire le risque d’attaque. Il s’agit d’assister à la naissance du bébé crocodile, de l’aider à sortir de sa coquille et de le tenir pendant un bref instant dans sa main. Le but ici est que le crocodile vous assimile à sa mère.

    Cela n’empêche pas au reptile de conserver ses instincts, mais amoindri les risques(tient ça ne vous rappelle rien?)

    L’hypothèse du film n’est donc pas si erroné qu’on veut bien le croire.

    Passons maintenant à la comparaison avec Jurrassic Park et les 2 autres Jurrassic. Comme beaucoup j’ai adoré Jurrassic Park (désolé Manon),lorsque j’étais enfant(et toujours aujourd’hui) et j’aprehandais beaucoup Jurrassic World.

    Pour moi Jurrassic Park reste à jamais le meilleur des 4. Pas par nostalgie, mais simplement parce Spielberg à su mélanger émotions et tensions avec brio. Alors certes on attend un bon moment jusqu’à l’entrée en scène du T-rex, mais c’est une recette qui à fait ses preuves et qui vient des Dents De La Mer.

    Le T-rex de Jurrassic World est d’ailleurs moins réussi que celui de Jurrassic Park. En revanche, l’Indominus Rex est très réussi, il fait d’ailleurs penser à un Carnosaure. Pour le reste, Jurrassic World à réussi là où Le Monde Perdu et le pitoyable Jurrassic Park 3 ont échoués. Oui Jurrassic World est un brin en dessous de Jurrassic Park, mais les clins d’oeil aux 1er Jurrassic sont réussis. Il y a moins de tensions que dans le 1er Jurrassic mais les séquences d’action sont très réussis.

    Il ne faut pas oublier que Jurrassic World avait comme objectif d’être vu par un public large y compris en bas âge et ne pouvait se permettre d’être aussi effrayant que le 1er Jurrassic.

    Au final j’ai été enthousiasmé lorsque j’ai vu Jurrassic World, et toutes les fois où je suis allé le voir au ciné, j’ai pût constater que c’était également le cas du reste du public. Et c’est bien ça le rôle d’un blockbuster, n’en déplaise aux détracteurs de Jurrassic World.

    Le Monde Perdu avait échoué en consacrant trop de temps sur l’île et pas assez sur l’escapade du T-rex en pleine ville(pourtant l’intérêt du film), bâclée et se résumant à une escalade de mort sans intérêt.
    Inutile d’évoquer JP3 où les seuls victimes sont tuées dès les 15 premières minutes du film, le reste de la bande, toute personne ayant un minimum de vécu aura compris qu’ils ne risquaient rien.

    J'aime

    1. Merci (pour les deux commentaires ;)) ! J’avouerai avoir une préférence pour Jurassic World – mais encore une fois, j’ai vu Jurassic Park sur le tard et en connaissant déjà le film parce qu’on me l’avait raconté dix fois. Les deux autres, je les ai d’ailleurs simplement zappés parce que je connaissais leur réputation.
      Merci aussi pour l’exemple des crocodiles, que je ne connaissais pas ! Ça me changera de mon exemple du dressage canin quand j’explique à quelqu’un pourquoi le dressage de raptors n’est pas absurde.

      J'aime

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s